Histoire des Forges de Pesmes

Les Forges de Pesmes sont un établissement métallurgique industriel fondé en 1660 par Claude de la Baume pour la fabrication d'armes sur les bords de la rivière Ognon, à l'extrême sud du département de la Haute-Saône. Il est situé sur le territoire de la commune de Pesmes.

 

Historique


La production des forges, initialement destinée au marché Lyonnais, fournira en armement l'arsenal de Toulon, après le rattachement de la Franche-Comté à la France (1678).


Bâtiment des hauts-fourneaux

D'importants travaux d'agrandissement seront menés à la fin du XVIIIe siècle, conduisant à l'édification de deux hauts-fourneaux aujourd'hui disparus.

L'énergie destinée au forçage de l'air dans les hauts-fourneaux et à l'activation des martinets était tirée de la rivière, canalisée par un barrage vers une dérivation de la boucle de l'Ognon.

L'importance stratégique et militaire des productions des forges de Pesmes, dont la qualité des aciers était réputée, conduisit à une réorganisation du domaine et à l'implantation, inhabituelle pour un établissement industriel, d'une demeure permanente pour le maître de forges. Le château est construit en 1778.

La main d’œuvre provenait des villages environnants de Pesmes et de Mutigney, relié lui-même aux forges par un pont sur l'Ognon surplombant le barrage.

 

L'embellissement du domaine

Le souci de rationalisation des productions se conjugua avec une volonté esthétique et le domaine fut complété d'un vaste jardin et d'un parc arboré avec son verger, tirant parti de l'île artificielle créée par la boucle de l'Ognon et le canal de dérivation.

 

Dans le plan axé du complexe, le château domine les logements des ouvriers et les réserves, encadrant la cour. En bordure de la rivière, les bâtiments industriels abritent les deux hauts-fourneaux, un martinet, une forge et quatre dalles à charbon.

En 1873, d'importants travaux furent confiés à l'architecte Champonnois l'Ainé, conduisant à l'extension du château et de ses dépendances et à l'édification d'un portique monumental. Le corps central est orné d'un fronton triangulaire. Ce vaste ensemble comportait également un jardin d'agrément, un potager et une orangerie.

Concurrencés par les productions des régions industrielles du Nord et de l'Est, devenues accessibles grâce à l'extension du réseau ferroviaire, les hauts fourneaux s'éteindront en 1875.

 

Remerciements à Wikipédia

Prochains rendez-vous

au Théâtre des Forges

 

Relache d'été

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ForgesPesmes 2016